Démission de Joseph DJOGBENOU de la cour constitutionnelle

Ladislas AGBESSI parle d’un théâtre et d’un non-événement

Le porte-parole de l’ANC NG réitère sa détermination à en découdre avec le régime TALON

Docteur Ladislas Prosper Agbesi rompt une fois encore le silence. Le porte-parole de l’ANC-NG a donné de la voix face aux derniers développements de l’actualité dans son pays, le Bénin. De la démission de Joseph Djogbénou de la Cour Constitutionnelle au rapprochement Talon Yayi en passant par la situation économique du Bénin, l’homme du peuple n’a laissé nulle part ou ‘‘les analyses ne passent et repassent’’.

« Je félicite la jeunesse qui continue à exister (…) il fera beau dans notre pays ». C’est par ces mots que le porte-parole de l’ANC-NG a, au cours d’une émission télé-numérisée, redonné espoir au peuple béninois en général et les dignes fils de la terre de Bio Guerra en particulier qui croupissent en prison pour leur opinion politique. Selon docteur Ladislas Agbesi, « la vraie libération n’est pas seulement de les sortir de la prison mais c’est libérer notre peuple du joug des dictateurs et de leurs clics au palais de la Marina ». Le porte-voix des sans voix reste péremptoire : « nous sommes à quelques mois de la victoire pour libérer notre pays ».

Abordant la question du panier de la ménagère, c’est avec peine que le porte-parole de l’ANC-NG, constate que « le peuple est dans la détresse et souffre ». A l’origine de cette misère opine-t-il, l’inflation grandissante, les problèmes de santé, l’insécurité, le chômage, la morosité ambiante. Malheureusement ajoute Docteur Agbesi, « il y a un microcosme de personnes qui continue de vivre comme si c’était les périodes des festivités du 1er janvier au 31 décembre » et ceci pendant que des familles ont de la peine à manger, dorment sans moustiquaires avec la cherté du coût d’électricité , de l’eau et de la communication. « Ces gouvernants se vantent avec les quelques virgules de routes faites qui sont d’ailleurs les prouesses de l’ancien régime de Boni Yayi » déplore l’homme du peuple qui exhorte justement le peuple à continuer à croire en un avenir meilleur.

 

Avenir meilleur : un discours trop entendu ?

 

A la question de savoir si les Béninois n’ont pas assez entendu ce discours de promesse d’une libération et d’un avenir meilleur, le porte-parole de l’ANC NG se veut rassurant : « la construction d’une nation nécessite de temps » déclare-t-il avant d’ironiser « Le problème du Bénin est un problème ganglio-lymphatique, nous devons nous arranger pour couper le pied là complètement ». Autrement dit, Docteur Ladislas Prosper Agbesi, rassure également que ses alliés et lui sont « dans une logique de construire une architecture exceptionnelle pour l’espoir » du Bénin, de sa jeunesse, de ses femmes et de ses bras valides qui croupissent dans la misère. Aux incrédules, l’homme qui n’a jamais eu sa langue dans la poche confie : « les grands architectes prennent du temps pour construire quelque chose du bon et je crois que le jour où il y aura la nouvelle génération, vous allez pleurer de joie ; nous ne sommes pas pressés pour libérer notre pays et croiser les bras après ».

Sur l’actualité relative au rapprochement entre Patrice Talon et son prédécesseur Boni Yayi et la démission de Joseph Djogbénou, l’invité y trouve simplement de la théâtralisation et reste convaincu que ce plan qui est en train d’être ourdi par des gens sans boulot mais qui veulent s’accaparer de la politique béninoise pour satisfaire leur égo va échouer. Très confiant en l’être suprême en qui il croit, Prosper Ladislas Agbesi affirme pour conclure : « le miracle de Dieu sera accompli ; Dieu est avec nous, ils ne peuvent pas manipuler Dieu, Dieu est avec nous ».

 

Source Externe