Lutte contre la cherté de la vie

En finir avec les poches de résistance

(Bientôt une campagne de répression contre les opérateurs de vente de ciment)

C’est une confusion totale qui s’installe dans la tête des populations. Face à la cherté de la vie et tout le vacarme qui entoure les mesures prises au sommet de l’État, le gouvernement semble avoir fait œuvre utile. Mais hélas ! Sur le terrain, le calvaire se poursuit pour les consommateurs livrés à leur sort. Ce n’est pas un fait nouveau. Le béninois est de nature têtu et réfractaire aux réformes. Il a souvent tendance à défier les lois de la République pour montrer à la face du monde, que son indépendance compte plus que tout. La résistance et la rébellion observées autour des mesures sociales prises par le gouvernement béninois pour faire arrêter l’anarchie et la surenchère au sujet de certains produits de première nécessité, en sont une preuve évidente. Des manœuvres qui contrastent avec le sens d’écoute et la disponibilité constante de l’exécutif béninois, à répondre favorablement aux cris de détresse des populations. Cette défiance de l’autorité de l’État est une infraction punissable, au regard des conséquences fâcheuses qui découlent de la mauvaise foi des commerçants véreux et poussés par un capitalisme exacerbé. Il y a lieu de les rappeler à l’ordre à travers des dispositions coercitives. Il est grand temps de respecter l’unicité des prix ceci, dans une dynamique de libéralisme économique. La réalité sur le terrain nécessite de nouvelles actions musclées pour libérer les populations de l’inflation galopante des prix des produits de première nécessité. Il y a lieu de corser les législations commerciales au Bénin et surtout intensifier les mesures d’alerte dans les marchés et autres lieux d’échanges commerciaux. Ce n’est qu’à ce seul prix que ces commerçants véreux pourront être châtiés de leur témérité. Parce que ce à quoi on assiste s’apparente à un désordre total. Aucune des mesures prises n’est respectée sur le terrain. Le secteur de la vente du ciment est plus critique. Un laisser-aller total qui montre, à suffisance, le malaise commercial. Là-dessus, le gouvernement béninois a déjà pris ses responsabilités. Une campagne de répression est imminente après les nombreuses sensibilisations. Il y a lieu de travailler à rendre visible les actions du gouvernement visant à contrôler l’inflation galopante dans le pays. Sans quoi, elles seront toujours perçues par les populations comme un miroir aux alouettes.

About Author

Rédaction SoleilLevant

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *