Pollution sonore au Bénin :

 

Le gouvernement règlemente les activités qui émettent de bruit

 

Dans le cadre de la règlementation du bruit en République du Bénin, toute activité émettant de bruit est désormais soumise à l’obtention d’un certificat de conformité environnementale. C’est l’une des décision prise en conseil des ministres ce mercredi 25 mai 2022.

 

Deux décennies après l’entrée en vigueur du décret n° 2001-294 du 8 août 2001 portant réglementation du bruit en République du Bénin, le développement des activités économiques et la problématique d’une meilleure prise en charge de la pollution sonore appellent son actualisation. En effet, les nuisances sonores viennent en tête des infractions environnementales recensées par les services compétents. Le constat est qu’au Bénin, de nombreuses activités génératrices de pollution sonore sont menées, souvent même en pleine agglomération, sans autorisation préalable d’installation et sans précaution de nature à réduire les nuisances qu’elles génèrent. C’est pourquoi, le Conseil des ministres de ce mercredi 25 Mai a adopté le présent décret aux termes duquel tout promoteur d’installation d’une activité génératrice de bruit soumise à déclaration ou autorisation obtient, selon le cas, avant l’ouverture, un avis technique de la direction départementale du Cadre de Vie territorialement compétente, ou le certificat de conformité environnementale délivré par l’Agence béninoise pour l’Environnement.

 

Par la même occasion, l’ouverture des ateliers bruyants, notamment les moulins, les scieries, les forges, les discothèques, les bars, les restaurants ainsi que la circulation des véhicules de publicité sonore et toute autre forme de communication ou manifestation bruyante en zone d’habitation, y compris sur les lieux de culte, est interdite dans les périodes ci-après : Jours ouvrables : 13h à 15h et 22h à 6h du matin ; Jours de repos : 20h à 10h du matin.

 

Aux autres heures, l’émission de bruit doit respecter les limites de décibels définies par le décret, suivant que l’on est en zone d’habitation, en zone commerciale ou industrielle. De même, l’usage de tout appareil de communication par voie acoustique (sirène, haut-parleur, avertisseur sonore) gênant pour le voisinage est interdit, sauf si l’emploi est exceptionnel et réservé au signalement d’accident ou d’incident grave. Sont également interdites, l’ouverture et l’exploitation, à titre professionnel, des salles de fêtes en bâches. Enfin, il est prévu qu’une dérogation spéciale puisse être accordée par le maire, pour l’usage des appareils sonores pour des manifestations exceptionnelles dans les lieux publics, mais pour laquelle l’intensité du bruit ne saurait excéder 80 décibels et la durée, 48h. Plus rien ne sera plus comme avant et c’est pour le bonheur des populations qui en souffrent déjà.

 

✍🏻✍🏻✍🏻 Edgard Z

About Author

Rédaction SoleilLevant

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *